Le micro-entrepreneur face à la TVA

Depuis 2009, les créateurs d’entreprises ont enfin à leur disposition un régime « simple » : l’auto-entreprise, devenue micro-entreprise. Mais l’administration française, regrettant peut-être d’avoir créé un espace de liberté et de simplicité, semble chercher à complexifier le régime au fil des réformes : la possibilité d’être assujetti à TVA en est un exemple récent.

 

 

1/ Un principe de base bafoué

Répondant à un souci de simplification, la micro-entreprise se trouvait à l’écart de toute la complexité liée au traitement de la TVA. Dans les faits, il n’y avait pas de comptabilité commerciale à tenir ou de déclarations de TVA à établir.

Au 1er janvier 2018, les choses ont évolué :

  • Le seuil limite de chiffre d’affaires annuel de la micro-entreprise a été porté à 170 000 € pour les activités commerciales et d’hébergement et 70 000 € pour les prestations de services,
  • Le micro-entrepreneur peut être assujetti à TVA, de manière forcée (en cas de dépassement des seuils que nous présentons ci-dessous) ou sur simple option de sa part.

Brutalement, la vision claire relative à ce régime a été brouillée et a replongé le créateur d’entreprise potentiel dans des réflexions propres à en décourager plus d’un. Il est donc primordial de faire un point aujourd’hui (rentrée 2019) sur les cas où le micro-entrepreneur va se retrouver assujetti à TVA.

2/ Règles d’assujettissement à la TVA

2-1/ Franchise en base : non assujettissement à TVA

La micro-entreprise n’est pas assujettie à TVA lorsque son chiffre d’affaires annuel est inférieur aux limites suivantes en 2019 (on parle de franchise en base de TVA) :

  • 82 800 € pour les activités commerciales et d’hébergement,
  • 33 200 € pour les prestations de services,
  • 42 900 € pour les avocats, les auteurs et les artistes-interprètes.

Mais, il est maintenant possible de renoncer à la franchise en base et d’opter pour un assujettissement à TVA, dès le premier euro de chiffre d’affaires.
Attention, la première année, le seuil sera calculé au prorata de la durée d’activité.

Exemple
Si un prestataire de service a débuté son activité le 1er juillet, le seuil sera ramené à une demi-année soit 16 600 €.

2-2/ Seuil de tolérance

La micro-entreprise reste non assujettie à TVA lorsque, au cours d’un exercice, son chiffre d’affaires dépasse les limites de la franchise en base, mais reste inférieur aux limites suivantes :

  • 91 000 € pour les activités commerciales et d’hébergement,
  • 35 200 € pour les prestations de services,
  • 52 800 € pour les avocats, les auteurs et les artistes-interprètes.

Si le chiffre d’affaires est compris deux ans de suite entre la franchise en base et le seuil de tolérance, la micro-entreprise se retrouvera automatiquement assujettie à TVA l’année suivante.

Exemple
Le chiffre d’affaires d’une micro-entreprise prestataire de services s’élève à 34 850 € en 2018 et 35 050 € en 2019. En 2020, l’entreprise se retrouvera assujettie à TVA à compter du 1er janvier.

2-3/ Dépassement du seuil de tolérance en cours d’année

Assujettissement à la TVA à compter du premier mois de dépassement du seuil de tolérance.

3/ Être assujetti à la TVA, cela veut dire quoi ?

Ça y est ! Votre chiffre d’affaires a dépassé les seuils ou vous avez fait l’option pour l’assujettissement : bienvenu dans le “monde merveilleux de la TVA“.

Vous devez immédiatement :

  • Mettre en place une comptabilité commerciale sur un logiciel standard susceptible de fournir un FEC (Fichier des Écritures Comptables),
  • Établir des déclarations de TVA, mensuelles ou trimestrielles, selon les options et le montant de TVA à payer,
  • Respecter les normes fiscales en matière de facturation,
  • Mettre en place une caisse enregistreuse si l’activité de la micro-entreprise génère des ventes sans l’émission d’une facture (cas de la plupart des commerces ou de nombreux prestataires de services).

Vous devrez probablement avoir recours aux services d’un expert-comptable pour vous assister dans ces différentes taches.

Vous devrez aussi faire preuve de la plus grande rigueur à plusieurs niveaux :

  • Pour les achats, demander systématiquement une facture, avec mise en évidence de la TVA (attention un simple ticket de caisse ne suffit pas),
  • Adopter un classement qui permette de vérifier qu’il ne manque pas de pièce comptable et qui permette de remonter rapidement à ladite pièce,
  • Numéroter les factures de vente sans rupture dans la numérotation.

4/ Ce qui ne change pas

Heureusement, le régime de la micro-entreprise n’est pas complètement vidé de sa substance puisque survivent les caractéristiques suivantes :

  • En dessous de la franchise de base (§2-1 et §2-2), vous n’êtes pas obligé d’être assujetti à la TVA,
  • Si vous n’encaissez pas de chiffre d’affaires, vous ne payez pas de cotisation sociale,
  • Les cotisations sociales sont calculées de manière simple : vous multipliez le chiffre d’affaires par un taux qui varie selon la nature de l’activité,
  • Vous n’êtes pas obligé d’établir la liasse fiscale, document complexe pour lequel vous auriez besoin d’un expert-comptable.

Pour aller plus loin, rendez-vous au Salon SME

Venez rencontrer ceux qui vont vous aider à créer, développer votre entreprise au Salon SME, le salon des rencontres décisives.
Rendez-vous les 12 et 13 octobre 2020 au Palais des Congrès de Paris.

> Votre invitation gratuite

Et d’ici là, profitez des ressources du Salon SME Online, le Salon virtuel permanent pour les entrepreneurs, accessible 24h/24, 7j/7. Webinar live ou en replay, solutions et conseils personnalisés… Où que vous soyez, faites le plein de solutions et conseils pour booster la création de votre entreprise.

 

A propos des auteurs
Guy Dessut, expert-comptable à Toulouse et sa région, auteur de nombreux ouvrages juridiques. Il intervient principalement dans les associations, les activités créatives et les services.

 

 

 

Denis Vidal, créateur d’entreprises à but lucratif (vente à distance, édition, formation et conseil) et d’associations à but non lucratif (édition, organisation de spectacles, restaurant).

 

 

 

Leur ouvrage :  “Entrepreneurs, il existe toujours un statut pour vous“, Dunod coll. Entrepreneurs, juillet 2019


Commentaires

Laisser un commentaire

A propos du blog

Partages d’expertise, nouvelles tendances, contenus pratiques … Le blog du Salon SME a pour vocation d’informer les créateurs, indépendants et dirigeants de petites entreprises parmi lesquelles se trouvent les PME et les ETI de demain. « Seulement ceux qui prendront le risque d’aller trop loin découvriront jusqu’où on peut aller. » – T.S. Elliot.

Nouveauté 2019 : une rubrique est désormais dédiée aux professionnels du conseil et de l’accompagnement des entrepreneurs.

A propos du salon

Que vous soyez dirigeant d’une TPE, créateur d’entreprise, candidat à la franchise ou consultant indépendant… Les Salons SME, à Paris et sur Internet, sont les événements incontournables pour faire aboutir vos projets d’entrepreneur, dynamiser votre activité et développer votre réseau.

Vos rendez-vous 2020 :

  • Le Salon SME à Paris, les 12 et 13 octobre.
  • Le Salon SME Online, session live le 23 juin.

Créez votre compte gratuitement

Vous êtes professionnel du conseil et de l’accompagnement des entrepreneurs, au salon découvrez toutes les solutions et les dispositifs les plus récents à leur conseiller.

Rejoignez la communauté du Salon SME