Comment bâtir son storytelling pour développer sa notoriété ?

Qui n’a pas cherché à raconter son histoire ? L’histoire d’une passion qui mène à la création de son entreprise, l’histoire de convictions profondes qui sont le terreau de sa marque, ou encore l’histoire de multiples rencontres qui forgent l’entrepreneur que vous êtes aujourd’hui ?

Oui, mais comment faire, et comment dépasser cette croyance que vous n’y arriverez pas ?

 

 

Tout d’abord le B.A. BA

Tous les auteurs et experts de la narration vous le diront, il vous faut ces ingrédients :

 

Un personnage : vous ou un avatar de votre marque,

Des acolytes : les personnes qui vous entourent et/ou celles qui interviennent ponctuellement à certains moments et qui sont tous vos alliés,

Des embûches : les obstacles, difficultés ou personnages qui se sont mis ou se mettent en travers de votre route,

Un contexte : l’environnement dans lequel vos personnages évoluent, milieu social, culture, époque… C’est le décor, comme un décor de théâtre où interagissent les acteurs.

Un « sauveur » : vous-même, un personnage ou un élément qui vient vous sortir de l’embûche.

Des scènes « mythiques » : prévoir quelques scènes ou situations qui pourraient devenir « mythiques » ou fondatrices de ce que vous, votre marque ou votre entreprise est devenu.

 

Exemple : la création d’Apple dans un garage de la Silicon Valley évoque le mythe de David contre Goliath et permet de s’identifier au plus petit qui finit par gagner contre les plus grands.

 

Puis, apporter de la consistance

Ainsi, vous allez mettre l’accent et étofferez les situations « mythiques » ou fondatrices de votre histoire, en laissant en creux le reste :

 

Donner du caractère aux personnages, sans se noyer dans des nuances qui ne seraient pas perceptibles et en faisant ressortir des traits facilement mémorisables,

Imager avec des objets et situations proches de votre public pour qu’il puisse s’identifier et y croire,

Jouer l’émotion avec des références sensorielles comme les couleurs, les parfums, les sensations,

Créer du suspens en vous aidant de la ponctuation, avec des phrases courtes, voire simplement d’exclamations, ou d’onomatopées, comme « Argh ! Ouf ! Clac ! »

Nourrir le scénario en le centrant autour d’un fil conducteur, un fil rouge qui permet de suivre l’histoire sans se perdre dans trop de digressions.

Mettre en mots ses convictions et ses valeurs. Notez en quoi vous croyez, quelles sont les valeurs que vous véhiculez par vous-mêmes, votre marque ou votre société. Puis notez avec quelles couleurs ou gamme de couleurs vous associez votre marque ou votre entreprise, avec quel parfum ou gamme de fragrances. N’hésitez pas à créer un lexique de mots et expressions assez large afin d’y puiser au cours de votre récit.

 

Exemple : écouter ou réécouter les histoires de Pierre Bellemare et remarquez comment d’un simple fait divers, il en crée une histoire pleine d’émotion, comment il capte notre attention et la retient tout le long de son récit. https://www.youtube.com/watch?v=FLIBbV7UjSA (il vous faudra passer l’annonce).

 

Ecrire

Voici un tableau très simple qui va vous permettre de poser vos premiers jalons :

Vous verrez qu’en commençant simplement par poser tout le B.A.BA sur ce tableau, dans la ligne du milieu, le scénario va se fixer peu à peu et votre croyance « je n’y arriverais pas » va s’estomper.

 

Sources d’inspiration

Voici quelques pistes d’inspiration pour trouver et peaufiner votre style.

Les contes

Les contes sont faits de :

  • Un univers merveilleux avec une contrée imaginaire, à une époque que l’on ne peut dater. On s’y évade et on rêve !
  • Personnages fantastiques aux capacité extraordinaires,
  • Une entrée dans le conte qui le pose tout de suite, comme « il était une fois », « Il y a bien longtemps » ou « A cette époque et en ce lieu… »
  • Des épreuves et la solution qui aboutit à une fin heureuse.

Laissez-vous guider par vos contes de prédilection. Pour ma part, je trouve que Le petit prince de saint Exupéry est un conte indémodable et toujours inspirant.

Les nouvelles

Le story-telling s’apparente au style de la nouvelle. Celle-ci est une sorte de roman très court et ce qui la caractérise c’est sa concision et sa précision. Elle a l’avantage de pouvoir couvrir tous les styles : être sentimentale, réaliste, fantastique, de science-fiction, un polar… En général, le récit s’organise autour d’un seul événement et les personnages sont peu nombreux, leur caractère n’est étudié que dans le cadre de l’action. Ce n’est pas parce que c’est un format court que c’est plus vite fait ! Il vous faudra : Du suspens, du rythme et une chute. Une version 0, comme un premier jet spontané, est nécessaire pour camper le scénario puis y revenir. Cela correspond à environ 30 à 40% du travail. Commencer par l’action, le décor vient après, concis. Par exemple : « Allongé sur l’empilement de rondins qui lui avait tenu lieu d’escabeau pour enjamber la clôture grillagée des champs de luzerne, Moon contemplait le ciel. » Une intrigue structurée avec un début, un milieu et une fin, même si votre action commence par le milieu, car vous ferez des flash-back.

Les titres et pitch de films

Est-ce la sortie imminente du dernier James Bond ou un intérêt personnel pour ces films ? Peu importe, je vous soumets une liste de titres qui me paraissent pouvoir être inspirant et modifiables selon votre projet :

« Bons baisers de Russie » (1963) pourrait donner « Bons souvenirs de Xx » ou « Bonne surprise de Xx »

« Opération Tonnerre » (1965) pourrait se transformer en « Opération séduction » ou « Projet innovation » etc. D’autres titres de James Bond pourraient vous inspirer pour une accroche, voire un fil rouge de scénario : « On ne vit que deux fois », « Les diamants sont éternels », « Vivre et laisser mourir », « Rien que pour vos yeux », « « Jamais plus jamais », « Dangereusement vôtre », « Tuer n’est pas jouer », « Demain ne meurt jamais », « le Monde ne suffit pas », « Mourir peut attendre ».

A vous de jouer… écrivez votre histoire !

 

Pour aller plus loin :

Retrouvez les conseils de Nathalie Van Laethem dans La boite à outils du Personal Branding, paru en 2021, aux éditions Dunod.

 

A propos de l’auteur

Nathalie Van Laethem est formatrice-coach en Softskills, Personal branding et Ingénierie de formation. Associée du cabinet Atlans, elle réalise des parcours sur mesure, des bilans de compétences et du coaching. Elle est aussi co-auteure de La boite à outils des softskills, paru en 2020.

 

 

 

 

 


Commentaires

Laisser un commentaire

A propos du blog

Partages d’expertise, nouvelles tendances, contenus pratiques … Le blog du Salon SME a pour vocation d’informer les créateurs, indépendants et dirigeants de petites entreprises parmi lesquelles se trouvent les PME et les ETI de demain. « Seulement ceux qui prendront le risque d’aller trop loin découvriront jusqu’où on peut aller. » – T.S. Elliot.

Contribuer au blog

Vous souhaitez écrire un article et contribuer au blog ?
Téléchargez la charte éditoriale du blog pour savoir ce que nous attendons d’un article et à qui et quel contenu transmettre.

A propos du salon

Que vous soyez dirigeant d’une TPE, créateur d’entreprise, candidat à la franchise ou consultant indépendant… Les Salons SME, à Paris et sur Internet, sont les événements incontournables pour faire aboutir vos projets d’entrepreneur, dynamiser votre activité et développer votre réseau.

Vous êtes professionnel du conseil et de l’accompagnement des entrepreneurs, au salon découvrez toutes les solutions et les dispositifs les plus récents à leur conseiller.

Rejoignez la communauté du Salon SME