Micro-franchise : la franchise au service de la micro-entreprise

En 2021, on dénombrait 79 134 points de vente franchisés. Ce chiffre, en constante augmentation, montre que le concept attire chaque année de plus en plus de candidats. Toutefois, même s’ils rêvent de créer leur entreprise, tous les futurs entrepreneurs n’ont pas la capacité financière pour se lancer dans cette belle aventure. C’est justement pour répondre à leurs attentes qu’a été instaurée la micro-franchise. Cette franchise en version allégée touche de plus en plus de secteurs d’activités et séduit pour ses nombreux avantages.

 

Tout d’abord, qu’est-ce que la micro-franchise ?

D’un point de vue juridique, la micro-franchise est une franchise classique mais adaptée à la micro-entreprise. Son activité, exercée en toute indépendance par celui ou celle qui l’a créée, correspond à celle d’une entreprise de petite taille. Le micro-entrepreneur devenu franchisé reste, dans la quasi-totalité des cas, le seul salarié de sa micro-entreprise.

Le concept, qui répond aux mêmes critères de rentabilité que le modèle de franchise traditionnel, peut aussi être exploité à domicile sans nécessiter de local. Le micro franchisé peut, par exemple, reprendre à son compte seulement certaines prestations ou services de la maison mère ou se restreindre à des zones d’exclusivité géographiques plus limitées qu’en temps normal.

Compte tenu de la taille de l’entreprise, l’investissement de départ et d’exploitation sont donc aussi réduits.

Le concept de micro-franchise s’est installé dans de nombreux secteurs et se développe, de plus en plus, depuis le milieu des années 2000. Il touche aujourd’hui, un grand nombre de domaines tels que l’immobilier, les services à domicile, les ventes de produits, les conseils en entreprise, le coaching…

Qu’elle soit micro ou traditionnelle, la franchise se définit de la même façon, selon un modèle de collaboration entre une enseigne mère (le franchiseur) et une autre entreprise (le franchisé) qui choisit d’exploiter un concept de franchise.

 

Qui est concerné par la micro-franchise ?

La micro-franchise, dont le principe s’appuie sur une activité entrepreneuriale réduite, s’adresse à des micro-entrepreneurs, désireux d’exercer à leur compte, à travers un concept réputé rentable et fourni clés en main. Elle s’adresse à des créateurs d’entreprises solo ou possédant le statut VDI (vendeur à domicile indépendant) et disposant de faibles moyens pour se lancer.

 

Micro-franchise : les mêmes droits, obligations et avantages qu’une franchise classique

On aurait tort de comparer la micro-franchise à une  » franchise de seconde zone  » car le concept, même s’il est alesté s’appuie sur les mêmes fondamentaux que celui de la franchise classique. Le modèle déjà formalisé et validé par le franchiseur est livré clés en main, et certains concepts de micro-franchise sont classés dans le top 10 des franchises les plus rentables.

Le franchiseur transmet son savoir-faire au micro franchisé via une formation initiale puis régulière dans la durée. Les formations traitent de tous les thèmes qui lui seront utiles dans l’exercice de son activité. Le franchiseur lui assure par ailleurs un accompagnement et une assistance sans faille et l’accès à divers services (expertise informatique, service juridique…) durant toute la durée du contrat. L’assistance peut aussi reposer sur des outils ou une fréquence différents, souvent plus allégés que ceux habituellement proposés par l’enseigne à ses franchisés classiques. Cette spécificité adaptée aux besoins du micro-franchisé limite par la même occasion les coûts d’assistance pour le franchiseur. Enfin, toujours sur le plan de l’assistance, le micro-franchisé profite du retour d’expérience des autres franchisés du réseau.

Le micro-entrepreneur obtient une licence de la marque de l’enseigne et de ce fait le droit de l’utiliser et de respecter l’ensemble de ses signes distinctifs (logo, charte graphique etc.). Il est bien entendu tenu de respecter les obligations contractuelles en matière de confidentialité, non-concurrence etc.

Ce qu’il faut retenir : la micro-franchise présente les mêmes avantages que la franchise au regard de l’usage de la marque, de l’enseignement du savoir-faire et du bénéfice de l’assistance du franchiseur.

 

Micro-franchise et franchise traditionnelle : quelles différences ?

Compte tenu de la taille réduite de la micro-entreprise, le droit d’entrée pour exercer en micro-franchise est revu à la baisse avec un ticket bien souvent inférieur à 10 000 € (en savoir plus avec la franchise à faible investissement). Les investissements à prévoir sont aussi moins élevés que dans le cas d’une franchise ordinaire. C’est surtout à ce niveau que se situe la principale différence entre une micro-franchise et une franchise classique. À noter cependant que le micro franchisé doit s’acquitter régulièrement de royalties (redevances périodiques) dont le montant varie en fonction des enseignes.

Sur un plan pratique, les modalités d’exploitation d’une activité de micro-franchise sont simplifiées et moins onéreuses que pour un contrat de franchise classique. Le micro-entrepreneur exerçant le plus souvent seul, ses charges salariales sont minimes. Il en est de même pour les enjeux et les risques liés aux litiges qui restent proportionnels à la taille de l’entreprise.

Le micro-franchisé bénéficie d’une exclusivité géographique. Il est ainsi assuré d’être seul à exploiter le même type d’activité sur un secteur donné. Néanmoins cette zone est généralement plus restreinte que celle allouée aux franchisés classiques. S’il souhaite élargir son rayon d’action, le micro franchisé n’aura d’autre choix que de renégocier son contrat.

La micro-franchise s’inscrit comme un concept idéal pour démarrer une activité avec des moyens limités. Dès lors que le périmètre d’intervention ou que le déploiement de l’activité atteint ses limites, le passage à une franchise classique peut être envisagé.

 

 

Source : Observatoire de la Franchise

 

 

 


Commentaires

Laisser un commentaire

A propos du blog

Partages d’expertise, nouvelles tendances, contenus pratiques … Le blog du Salon SME a pour vocation d’informer les créateurs, indépendants et dirigeants de petites entreprises parmi lesquelles se trouvent les PME et les ETI de demain. « Seulement ceux qui prendront le risque d’aller trop loin découvriront jusqu’où on peut aller. » – T.S. Elliot.

Contribuer au blog

Vous souhaitez écrire un article et contribuer au blog ?
Téléchargez la charte éditoriale du blog pour savoir ce que nous attendons d’un article et à qui et quel contenu transmettre.

A propos du salon

Que vous soyez dirigeant d’une TPE, créateur d’entreprise, candidat à la franchise, freelance ou consultant indépendant… Le Salon SME est l’événement incontournable pour faire aboutir vos projets d’entrepreneur, dynamiser votre activité et développer votre réseau.

Vous êtes professionnel du conseil et de l’accompagnement des entrepreneurs, au salon découvrez toutes les solutions et les dispositifs les plus récents à leur conseiller.

L’édition 2022 s’est déroulée les 19 et 20 septembre au Palais des Congrès à Paris. On vous donne rendez-vous le 2 février sur internet pour une journée live. Inscrivez-vous dès maintenant.

Rejoignez la communauté du Salon SME